Cliquez pour télécharger en pdf

 

Imprimer cet article Télécharger cet article

Une réaction

  1. Un gros manque : la cause ! toujours se désoler des conséquences, mais ne pas parler de la cause ! ! il y en a une ,la propriété capitaliste et le salariat ; que MARX indique aux syndicats en dernière page de Salaires Prix et Profits : »En même temps, et tout à fait en dehors de l’asservissement général qu’implique le régime du salariat, les ouvriers ne doivent pas s’exagérer le résultat final de cette lutte quotidienne. Ils ne doivent pas oublier qu’ils luttent contre les effets et non contre les causes de ces effets, qu’ils ne peuvent que retenir le mouvement descendant, mais non en changer la direction, qu’ils n’appliquent que des palliatifs sans guérir le mal »…..

    les syndicats agissent utilement en tant que centres de résistances aux empiètements du capital. Ils manquent en partie leur but dès qu’ils font un emploi peu judicieux de leur puissance. Ils manquent entièrement leur but dès qu’ils se bornent à une guerre d’escarmouches contre les effets du régime existant, au lieu de travailler en même temps à sa transformation et de se servir de leur force organisée comme d’un levier pour l’émancipation définitive de la classe travailleuse, c’est à-dire pour l’abolition définitive du salariat ». La propriété capitaliste, c’est la cause !

    Sans les nationalisations, on ne s’en sortira pas. Si tu laisses de l’argent entre les pattes des capitalistes, c’est comme un chancre, t’en enlèves un bout, mais ça repousse ! Excellent pour la corruption ; Saur, Veolia, Suez ont corrompu le dirigeant de la SIAAP, gestion de l’eau dans le bassin parisien. (émission d’Elise Lucet)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *